52_3

Voix de Mallarmé

Volume 52

Numéro 3

2016

171 pages

[En ligne]
Commander

Résumé

Si le silence, comme l’écrit Bertrand Marchal, figure parmi « les clichés qui font une escorte obligée [au nom de Mallarmé] », un survol des propositions de Mallarmé témoigne pourtant de considérations sur la dimension vocale du fait langagier. Dans Les Mots Anglais et ses Notes sur le langage, posthumes, Mallarmé évoque par exemple la nécessaire « lecture à voix haute des bons auteurs » comme critère d’appréciation. Si le vers rémunère « le défaut des langues », Mallarmé dit aussi que c’est par « des touches y répondant en coloris ou allure, lesquelles existent dans l’instrument de la voix ». En aval, la voix participerait donc à la réception plénière du langage totalisant d’un poème ; en amont, le poète aurait, selon Mallarmé, déjà conscience de cette nécessité en manipulant le langage afin que l’œuvre soit dépositaire de cette vocalité dont elle assure l’écho. Ce dossier s’attache à la question de la restitution de la voix comme enjeu poétique chez Mallarmé mais aussi à celle des voix, en son sens pluriel, alors que les contributions réunies permettent de dessiner une topographie du « vocal » dans l’œuvre mallarméenne et ses alentours.
Numéro préparé par Luc Bonenfant et Julien Marsot

Tables des matières