Éthique en recherche

La revue Études françaises s’appuie sur les principes de la conduite responsable et éthique en recherche tels qu’ils sont définis par l’Université de Montréal et par l’institution suivante :

 

Conduite responsable en recherche (CRR)

Université de Montréal : crr.umontreal.ca/a-propos/bcrr (textes normatifs)

Committee on Publication Ethics (COPE) : publicationethics.org

 

Équité, diversité, inclusion (EDI)

Université de Montréal : umontreal.ca/diversite

Gouvernement du Canada : nserc-crsng.gc.ca/InterAgency-Interorganismes/EDI-EDI/index_fra.asp

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada : sshrc-crsh.gc.ca/about-au_sujet/edi/index-fra.aspx

Tout manquement aux principes de la conduite responsable et éthique en recherche, ou tout conflit d’intérêt, doit être signalé au secrétariat de la revue (revue.etfra@gmail.com) qui en informe aussitôt la direction. Les allégations d’inconduite en recherche sont traitées par le comité de rédaction de manière strictement confidentielle. Si un manquement est avéré, la direction de la revue en informe la personne concernée par courriel.

 

Plagiat

« Le véritable plagiat est de donner pour vôtres les ouvrages d’autrui, de coudre dans vos rapsodies de longs passages d’un bon livre avec quelques petits changements. Mais le lecteur éclairé voyant ce morceau de drap d’or sur un habit de bure, reconnaît bientôt le voleur maladroit » (« Plagiat », Voltaire, Questions sur l’Encyclopédie, [Genève, Cramer], t. VIII, 1771, p. 200).

« Emprunter à un ouvrage original, et p[ar] méton[ymie], à son auteur, des éléments, des fragments dont on s’attribue abusivement la paternité en les reproduisant, avec plus ou moins de fidélité, dans une œuvre que l’on présente comme personnelle » (« Plagier », TLFi).

Études françaises ne publie que des articles inédits. Elle n’évalue pas d’articles qui auraient déjà été publiés, qui seraient sous évaluation dans une autre revue ou acceptés dans le cadre d’une autre publication. Elle refuse toutes les formes de plagiat et d’autoplagiat, et connaît les ressources qu’offrent les logiciels de détection de similarité.