bandeau_4

À paraître

Histoires, mémoires et vérités dans la littérature française contemporaine

Volume 57, numéro 2

Les sept contributions de ce dossier se proposent d’analyser des pratiques littéraires contemporaines qui sont conscientes des ambiguïtés et des contradictions qu’elles soulèvent dans leurs représentations du passé, dans leur saisissement de la mémoire et, de là, dans leur investissement des différentes formes d’histoire — histoire de l’art, histoire nationale, histoire familiale, histoire fictionnalisée, histoire sublimée ou détournée.
Si la littérature est un assaut contre la frontière (Patrick Boucheron), elle se présente d’emblée comme un questionnement de son poids éthique et esthétique relativement à sa capacité potentielle à explorer le réel ou la vérité. Lorsque la littérature cherche à recomposer le réel, elle peut le faire en recourant à l’archive et au document pour soutenir ses conjectures — assoyant d’autant sa portée véritative. Aussi la vérité est-elle vue de manière circonspecte par une littérature consciente de ses limites et soucieuse d’en explorer la teneur et la valeur ; l’usage et les définitions mêmes de fiction, récit, roman et romanesque (entre autres termes) se trouvent alors bousculés par l’ambiguïté véritative d’œuvres qui interrogent leurs dimensions historiques et sociopolitiques (François Hartog) tout comme leur inscription dans le monde.
Ce dossier présente ainsi des études originales portant sur la capacité qu’a la littérature française contemporaine d’interroger les modalités aléthiques des discours sur la mémoire, et ce, en redéfinissant un certain nombre de frontières et d’enjeux thématiques et formels quant à la capacité représentationnelle du langage et quant à la mémoire comme expérience mitoyenne du passé et du présent.

 

Maylis de Kerangal. Puissances du romanesque

Volume 57, numéro 3

Ce dossier s’intéresse aux puissances du romanesque chez Maylis de Kerangal. Si ses récits racontent des aventures hors du commun, ils n’idéalisent pas le réel pour autant et nous plongent au cœur du monde contemporain — pas toujours là où on l’attend. Au plus près des gestes, des matérialités, des savoirs, des paysages, des corps et des perceptions, les récits de Maylis de Kerangal sont porteurs d’un élan romanesque indissociable d’une écriture puissamment visuelle dont la frappe émotive et la découpe intrigante sont susceptibles de donner une profondeur (imaginaire, temporelle) au moindre des agissements comme à la plus ambitieuse des entreprises. Nous nous intéresserons aux romans, aux récits et aux reportages littéraires de l’auteure afin de bien prendre la mesure des modalités du romanesque de son œuvre.