Il y a vingt ans, Gaston Miron.

À la criée du salut, nous voici
armés de désespoir

Gaston Miron1

 

 

Gaston Miron s’est éteint le 14 décembre 1996, il y a tout juste vingt ans.  En 1998, un numéro double d’Études françaises intitulé « Le poète dans la cité » lui a été consacré (vol. 35, no 2-3). Lise Gauvin y rappelle en introduction les liens forts qui unissent Études françaises à Gaston Miron, récipiendaire, en 1970, du prix de la revue pour L’homme rapaillé dont ce fut la première édition. Depuis, l’œuvre s’est enrichie de la publication d’inédits, Poèmes épars 2 en 2003, Un long chemin. Proses 1953-19963 en 2004, L’avenir dégagé. Entretiens 1959-19934 en 2010 et Lettres 1949-19655 en 2015. D’autres ouvrages, Album Miron6 de Marie-Andrée Beaudet en 2006 et Gaston Miron. La vie d’un homme7 de Pierre Nepveu en 2011, sont venus éclairer le destin de l’homme et du poète. Les deux volumes de « Douze hommes rapaillés8 » et de nombreux spectacles, disques, documentaires continuent de faire entendre les poèmes de Miron qui ont aussi fleuri sur les pancartes et dans les discours du printemps 2012 :

 

Nous avançons nous avançons le front comme un delta
Goodbye Farewell
Nous reviendrons, nous aurons à coeur le passé
Et à force d’avoir pris en haine toutes les servitudes,
Nous serons devenus des bêtes féroces de l’espoir
9.

 


 

1. Gaston Miron, « La route que nous suivons » dans L’homme rapaillé, Troisième édition, version définitive. Poèmes, préface de Pierre Nepveu, Montréal, Édition Typo, 1998, p. 53-54.

2. Gaston Miron, Poèmes épars (éd. Marie-Andrée Beaudet et Pierre Nepveu), Montréal, L’Hexagone, coll. « L’appel des mots », 2003

3. Gaston Miron, Un long chemin. Proses 1953-1996 (éd. Marie-Andrée Beaudet et Pierre Nepveu), Montréal, L’Hexagone, 2004.

4. Gaston Miron, L’avenir dégagé. Entretiens 1959-1993 (éd. Marie-Andrée Beaudet et Pierre Nepveu), Montréal, L’Hexagone, 2010.

5. Gaston Miron, Lettres. 19449-1965 (éd. Mariloue Sainte-Marie), Montréal, L’Hexagone, 2015.

6. Marie-Andrée Beaudet, Album Miron, Montréal, L’Hexagone, 2006.

7. Pierre Nepveu, Gaston Miron. La vie d’un hommeBiographie, Montréal, Boréal, 2011.

8. Douze hommes rapaillés, 2 vol., Montréal, Spectra, 2008 ; voir aussi le spectacle mis en scène par Marc Béland, Festival d’été de Québec, 2011.

9. « La route que nous suivons » cité par Gabriel Nadeau-Dubois, « Le souffle le plus long » (7 avril 2012), dans Maude Bonenfant, Anthony Glinoer, Martine-Emmanuelle Lapointe (dir.), Le printemps québécois. Une anthologie, Montréal, Écosociété, 2013, p. 101.

(Voir aussi, au sujet de Gaston Miron récipiendaire du Prix de la revue Études françaises : « Entretien avec Jacques Brault », vol. 50, nos 1-2, p. 51-64.)