bandeau_2

Histoire de la revue

Études françaises a été fondée en 1965 par René de Chantal, professeur au Département d’études françaises (aujourd’hui Département des littératures de langue française) de l’Université de Montréal à qui succède en 1966 Georges-André Vachon. Après avoir publié surtout des articles libres et des comptes rendus, et même des textes de création, Études françaises adopte, à la fin des années 80, la forme qu’on lui connaît aujourd’hui : dossier sur un sujet et « Exercices de lecture » (articles libres). Liée au Département des littératures de langue française où sont recrutés ses directeurs, directrices et secrétaires de rédaction successifs, elle compte toujours, dans son comité éditorial, des chercheurs issus d’autres universités québécoises et canadiennes.

Elle est dirigée par René de Chantal, puis Georges-André Vachon (de 1966 à 1978), Laurent Mailhot, Robert Melançon, Ginette Michaud, Lise Gauvin, Pierre Nepveu, Lucie Bourassa, Francis Gingras, et depuis 2014 par Élisabeth Nardout-Lafarge.

À l’occasion des anniversaires de sa fondation, et notamment du cinquantième, la revue a fait retour sur sa production, ses pratiques et leur évolution. Pour un panorama et une interprétation de la position d’Études françaises, on lira, dans le volume jubilaire (vol. 50, nos 1-2, 2014-2015), l’étude de Michel Lacroix « “L’épreuve de la lecture publique”. Études françaises, la disciplinarisation du savoir et l’idéal du critique-écrivain ».